arrow-down-01arrowscalendarcheck-iconclockclose-iconconnexionemailexcel-iconfacebookforward-iconglobelinkedinmagnifieropen-bookquestion-markshopping-bagtweeterwrite-icondeconnexion

Plume du Lion - "Notre différence, notre force"

Activity Jugend

Cette histoire parle d’une enfant prénommée Rhéa qui a un destin ...

Cette histoire parle d’une enfant prénommée Rhéa qui a un destin parsemé d’embûches. Tout commence dès sa naissance car elle est placée dans un orphelinat, puis quelques années plus tard elle se retrouve dans un endroit inconnu où elle devra s’adapter à sa nouvelle vie. Enfin vient l’heure d’aller à l’école. Tout se passe plutôt bien au début, même que Rhéa avait de la facilité dans tout ce qu’elle entreprenait. Tout empira pour elle quand la septième année arriva. Elle devra faire face à une grande péripétie durant laquelle la jeune fille apprendra beaucoup de chose sur elle et sur la vie.

Je vais vous raconter l’histoire de Rhéa.

Rhéa était une jeune fille différente, mais ça, elle ne le savait pas encore…

Tout commença dès sa naissance. Au moment où elle vit le jour, dans un pays étranger, un choix avait déjà été fait pour son futur. En effet, Rhéa fut placée dans un orphelinat vingt-quatre heures après sa naissance. Elle vécut deux ans dans cette institution et, heureusement, la chance fut de son côté car cet orphelinat avait tout pour combler les besoins des enfants. Ce lieu était également très dévoué à leur éducation, l’enseignement était à leur portée tout comme jeux et divertissements.

Deux années s’écoulèrent et le jour de son adoption arrivait à grand pas. Alors qu’elle s’appliquait à être un nourrisson, cela faisait déjà deux ans que ses parents avaient commencé les démarches d’adoption. Après quatre longues années d’attente, les futurs parents ont enfin eu l’opportunité de faire le long voyage pour aller à la rencontre de leur fille à treize heures de là. Sa chance avait sonné. Rhéa découvrit sa nouvelle famille, et en plus de deux parents prêts à lui offrir une nouvelle vie pleine d’amour et d’affection, elle fit également la connaissance de sa grande sœur qui deviendra sa meilleure amie. La famille, désormais complète, repartit heureuse, comblée et prête à relever tous les défis.

Arrivée en Suisse, toute la famille dut s’adapter à chacun. Dans la villa familiale, les habitudes changèrent pour tout le monde mais surtout pour Rhéa. Tout changea pour elle, les règles, la langue et la nourriture. La jeune fille dut adopter les habitudes ainsi que chacun des membres de son nouveau foyer. Plus le temps passait, plus la vie dans la maison s’harmonisait, toute la famille avait su s’adapter et grandir ensemble.

Rhéa avait désormais atteint l’âge d’aller à l’école. L’école enfantine se passa à merveille, la petite avait de la facilité dans tout ce qu’elle entreprenait, cela n’était d’ailleurs pas passé inaperçu aux yeux de ses parents. Elle grandissait, faisait des rencontres et forgeait de nouvelles amitiés, dont deux qui auront une grande importance dans sa vie. Très tôt après son arrivée en Suisse, Rhéa rencontra des jumelles prénommées Maddy et Molly. Elles se rencontrèrent grâce à leur mère. Les filles tout de suite très liées d’amitié ne se lâchaient plus. Elles se considéraient comme des sœurs. Il n’y avait plus une seule journée ou les jumelles et Rhéa ne se voyaient pas. La petite Rhéa avait également rencontré une autre fille surnommée Gwendoline. Elle venait aussi d’un autre pays et parlait anglais comme Rhéa.

Arrivées en primaire, les jumelles et leur amie commencèrent à faire des activités extra-scolaires et la jeune Rhéa se découvrit très tôt une passion pour les animaux. Les années passaient et Rhéa avait de plus en plus de plaisir à aller à l’école. Sa facilité était un atout dont elle profitait tout comme elle pouvait en faire profiter ses camarades s’ils en avaient besoin. De la rivalité commença à naître entre les trois amies. Quand les cours étaient finis, les filles se rendaient à l’école de danse. Là-bas, malheureusement, l’enseignante favorisait Rhéa et comparait les autres danseurs à elle, ce qui n’aida pas. La jalousie a vraiment commencé à se manifester quand les trois filles sont passées en cinquième primaire. Les notes de Rhéa n’étaient jamais en dessous de la moyenne, elles étaient même toujours largement en dessus. Bien que la jeune fille tente d’aider les jumelles, la rivalité persistait toujours, mais les trois passaient au-dessus de tout ça et n’y prêtaient encore pas trop d’attention. Rhéa prit ses distances avec les jumelles en espérant que la situation se détendrait un peu. Leur amitié n’avait cependant jamais été remise en question. Cela faisait un petit moment que la jeune Rhéa n’était pas retournée auprès de Gwendoline, une autre de ses meilleures amies. Elles se sont beaucoup rapprochées et ont commencé à rester ensemble et les jumelles les ont rejointes. La relation avec Maddy et Molly c’était améliorée. 

L’été se passa sans surprise mais l’année suivante, quand l’école reprit, tout se compliqua…

Les filles se retrouvèrent dans la même classe que d’anciennes amies à Maddy et Molly. Mais le problème était que les jumelles commençaient à critiquer leurs anciennes amies, chose que Rhéa ne trouvait pas très appropriée sachant que cela faisait environ deux ans qu’elles n’avaient plus parlé à ces filles et que, peut-être, entre temps, les filles avaient changé. Suite à cela, les jumelles sont, tout à coup, retournées vers leurs vieilles amies. En retournant vers ces autres filles Maddy et Molly ont totalement délaissé Rhéa derrière. Rhéa, encore naïve, pensait que les jumelles allaient revenir vers elle. Malheureusement elle avait beau essayer de les regarder pour leur faire passer le message, rien n’y faisait. Maddy et Molly commencèrent même à être très froide avec elle. La jeune Rhéa prit alors l’initiative d’aller parler de ce qui la tracassait à ses amies. Leur réaction l’étonna, car elles le prirent très bien et promirent de faire des efforts.

En retournant à l’école, Rhéa essaya alors de s’intégrer au groupe de huit filles dont Maddy et Molly faisaient partie et qu’elles avaient en quelque sorte crée. Au début, tout se passait plutôt bien entre Rhéa et les filles. Elles se sont assez bien entendues, mais Rhéa avait quand même ce sentiment, un sentiment de ne pas être intégrée ou de ne pas être l’une des leur, elle sentait que quelque chose ne jouait pas. Elle ne pouvait pas être totalement elle-même. Et ce sentiment ne l’a pas trompée car, quelques jours plus tard, le groupe entier commença à la délaisser, l’écarter, l’abandonner. Ce sentiment d’abandon, était une chose qu’elle avait déjà ressenti… Où ? Quand ? Pourquoi ? Elle n’avait pas encore réussi à le découvrir du haut de ses 11 ans, mais elle savait au fond d’elle, inconsciemment, qu’elle connaissait déjà ce sentiment.

Plus le temps passait plus la relation avec Maddy et Molly empira… Les jumelles avaient monté tout le groupe contre Rhéa et toutes ces filles commençaient à mal la regarder, avec ce regard jugeant et dénigrant que personne ne veut avoir à rencontrer. La jeune Rhéa était de plus en plus seule. Elle parla de tout ça à Gwendoline, la dernière personne qui l’écoutait et la soutenait. Gwendoline la comprenait et voulait l’aider mais elle ne savait pas comment car elle s’entendait encore plutôt bien avec les jumelles ; elle ne voulait pas de problème avec elles. La pauvre Gwendoline ne savait pas comment s’y prendre pour aider sa meilleure amie sans se retrouver mise de côté… Rhéa se retrouva alors seule donc elle commença à en parler à ses parents assez vite. Comme c’était un sentiment qui la rongeait fortement et qu’elle ne s’attendait pas à ce que ses meilleures amies la délaissent comme ça, elle prit rapidement la décision d’en parler à ses parents dont elle était très proche. Tous, Rhéa y comprit, pensaient que ce n’était qu’une période et que tout ça allait passer. Alors Rhéa retourna à l’école comme si rien ne s’était passé et qu’elle ne savait rien de toute ces histoires. Mais même si Rhéa essayait d’être indifférente à cette situation, elle voyait bien que la relation empirait chaque jour. Elle commençait même à se faire insulter, elle recevait des papiers disant qu’elle n’avait pas sa place dans ce monde. Certains utilisaient son adoption pour la blesser en lui disant que personne ne voulait d’elle pas même sa maman biologique puisqu’elle l’avait abandonné. Subissant toutes ces insultes, Rhéa commençait à remettre sa vie en question et à se demander ce qui se passerait si elle ne faisait plus partie de ce monde…

C’est à partir de ce moment qu’elle réalisa que sa place n’était pas là, pas entourée de gens lui disant ces horribles choses.

Dès lors, tous les jours, Rhéa rentrait en pleurant de l’école. Ses parents avaient beau essayer de réconforter leur fille et d’essayer de relativiser, mais rien n’y faisait. Rhéa continua d’aller à l’école, mais chaque jour, une boule noire dans son ventre grandissait sans qu’elle ne puisse rien y faire. Cette boule la rongeait de plus en plus. La jeune fille que tout le monde connaissait avec une joie de vivre immense et une envie d’apprendre inépuisable, c’était désormais transformée en une préadolescente qui ne souriait presque plus et qui ne voulait plus aller à l’école par peur de se faire insulter et rabaisser par celles qui avaient été un jour ses meilleures amies…

Rhéa sonna à plusieurs portes pour trouver de l’aide. Elle commença une psychothérapie et sur les conseils de sa thérapeute en parla à ses professeurs. Ceux-ci proposèrent d’aller consulter le médiateur. Après lui avoir confié tout ce qui c’était passé, le médiateur qualifia cette situation de harcèlement. Il fit quelques interventions en classe pour sensibiliser les élèves au harcèlement scolaire. Puis parla aux filles qui malmenaient Rhéa. Cela ne changea rien.  

Une fois la huitième année scolaire écoulée, le cycle commença. Rhéa était en voie pré-gymnasiale et pensait que tout allait revenir à la normale, étant séparée des filles. Mais cette situation continua d’une autre manière. Le groupe que formait les filles s’était dissout. Cependant le mal était fait, elles avaient répandu plus loin encore la mauvaise réputation de Rhéa et chaque jour des gens dont elle ne connaissait pratiquement pas l’existence venaient vers elle pour l’insulter. Rhéa ne voyait plus l’intérêt d’aller à l’école. Jusqu’à présent, le harcèlement n’avait pas réussi à atteindre ses résultats scolaires. Mais cette année fut plus dure que toutes les autres, ses notes baissèrent comme sa confiance en l’avenir.

Durant tout le début de sa scolarité, grâce à sa grande facilité, Rhéa n’avait pas besoin de travailler à la maison, elle se contentait d’écouter en classe et de ressortir, plus tard, les informations acquises durant les cours. Cette méthode fonctionnait très bien. Il lui suffisait de prendre de l’avance à l’école et de profiter du temps en plus pour avancer et ne pas avoir à faire de devoirs après les cours. Mais cette méthode ne fonctionnait plus maintenant, malgré l’avance, les professeurs donnaient quand même des devoirs à faire à la maison. Et comme, n’ayant jamais travaillé de sa vie, Rhéa ne savait pas comment s’y prendre et donc n’assimilait jamais totalement les leçons et faisait par la suite de moins bonnes notes. Cela remettait en question son statut d’élève studieuse. Elle avait pourtant l’impression d’avoir révisé du mieux qu’elle pouvait. 

Rhéa consultait régulièrement sa psychologue. La thérapeute voyait l’état de la jeune fille se dégrader. C’est durant cette période que, sur les conseils de sa psy, Rhéa alla faire des tests d’aptitude intellectuelle. Les résultats démontrèrent que Rhéa était une enfant surdouée. La plupart des gens diront que c’est une bonne chose mais pour Rhéa, à ce moment-là, c’était encore une différence de plus à assumer...

Après avoir appris cette nouvelle, elle prit des cours particuliers pour reprendre le goût du travail et comprendre son fonctionnement. Pour les jumelles, c’était une opportunité de plus pour harceler Rhéa. 

Pour la pauvre fille, s’en était trop. Elle décida de finalement changer d’école. Bien sûr qu’elle y avait déjà songé mais les quelques amis qui lui restaient la retenaient encore. Elle finit par préférer l’inconnu à cet enfer.

Après avoir rassemblé toutes ses affaires Rhéa partit de l’école sans prévenir personne.  Certains vinrent ensuite lui rapporter que son départ avait fait des heureux parmi ses camarades de classe. Elle, de son côté, savait que le plus dur était derrière elle.

Une fois arrivée dans sa nouvelle école Rhéa dût réapprendre à faire confiance aux autres. Tâche plutôt difficile, car la jeune fille avait perdu toute confiance en elle. Ce fût tout un apprentissage pour Rhéa de retrouver une vie sociale et de se refaire des amis. Heureusement pour elle, dans sa nouvelle école, tous étaient très à l’écoute, autant les professeurs que ses camarades. Quelle chance pour Rhéa ! Plus de mauvaise réputation, plus d’insulte, plus de boule dans le ventre, c’était un nouveau départ ! Plus la jeune fille passait de temps dans cette école plus elle reprenait goût à l’apprentissage, à la vie et oubliait peu à peu les affreuses choses que ses anciens camarades lui avaient fait subir. Dans cette école, Rhéa découvrit plein de gens comme elle que ce soient des personnes qui ont été harcelées, d’autres surdouées ou encore d’autres enfants également adoptés. Elle se sentit enfin comprise, enfin acceptée telle qu’elle était. Ses camarades l’appréciaient peu importe les expériences qu’elle avait dû traverser, peu importe qu’elle soit différente. Dans cette école les élèves sont encouragés à faire de leur différence leur force.  

Rhéa ? C’est moi.

Cette histoire ? C’est la mienne, tout autant qu’elle peut être l’histoire de million d’enfants. 

Nous sommes tous différents les uns des autres et c’est ce qui crée une si belle diversité, et je pense que nous devons nous unir contre les discriminations et nous battre pour faire de notre différence notre force.