arrow-down-01arrowscalendarcheck-iconclockclose-iconconnexionemailexcel-iconfacebookforward-iconglobelinkedinmagnifieropen-bookquestion-markshopping-bagtweeterwrite-icondeconnexion

Pink velvet

Remise de chèque à l’Association suisse romande Agapa.

Sur un canapé de velours rappelant la douceur utérine, enveloppées dans le rose évoquant la sensibilité toute féminine pour ce genre de tragédie intime, Anne et la Commission sociale montrent le soutien de 5.000 francs accordé à l’Association Agapa.  Marie-Noëlle Ruffieux, une de ses directrices, avait jadis présenté cette entité à nos membres. Ce soir, elle a ajouté quelques informations supplémentaires, par exemple la volonté pour toute mère endeuillée de mettre en avant ce que cache pudiquement l’expression « perte de grossesse », c’est-à-dire ce que toutes les femmes du monde, dans toutes les langues, ont depuis tous temps défini comme perte d’un enfant. Pour cela, l’association conseille des petits gestes symboliques qui s’inscrivent dans un espace domestique et quotidien :  faire enregistrer le défunt dans le carnet de famille, mettre dans une jolie boîte son test de naissance et le prénom qu’il aurait dû porter. Mais aussi, à l’échelle planétaire, définir le 15 octobre comme la « journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal ». 

www.agapa-suisseromande.ch