arrow-down-01arrowscalendarcheck-iconclockclose-iconconnexionemailexcel-iconfacebookforward-iconglobelinkedinmagnifieropen-bookquestion-markshopping-bagtweeterwrite-icondeconnexion

Le Lions Club au temps de la pandémie

Meetings

INTERVIEW DU PRÉSIDENT DU LC LA CÔTE JEAN-MARIE SURER, MÉDECIN-VÉTÉRINAIRE Le médecin-vétérinaire Jean-Marie Surer, président du LC La Côte, a bien voulu partager ses impressions sur sa présidence d’un club masculin au temps de la pandémie. Comment trouver des solutions pour éviter que, sans séances, les liens se distendent? Il nous livre quelques pistes!

Régine Pasche: Comment la vie a-t-elle évolué au sein de ton club depuis le début de la pandémie?

Jean-Marie Surer: Malheureusement, il faut bien avouer que l’absence de contacts rend la vie du club beaucoup moins intense et que les liens se distendent. Après la première vague de la pandémie, les membres du LC La Côte ont eu vraiment un grand enthousiasme à se retrouver durant l’été, mais la deuxième vague en a ensuite découragé beaucoup.

Quelles solutions as-tu mises en oeuvre pour maintenir l’esprit d’amitié et d’aide aux autres qui nous caractérise?

Nous maintenons nos séances deux fois par mois grâce à la mise en place d’une visioconférence d’une heure. Nous gardons le contact! Au début, cette heure était consacrée simplement à des propos de table, mais maintenant, à la demande de nos membres, j’organise une petite conférence comme, par exemple, sur l’utilité de la vaccination contre le Covid-19 par le directeur général de l’hôpital de Morges. Nous allons même tenir l’assemblée générale qui n’a pas pu avoir lieu en 2020. Le comité prend régulièrement des nouvelles des membres plus âgés, éloignés ou qui n’aiment pas les visioconférences.

Quelles actions sociales ont été mises sur pied?

Dès lors que nous n’avons plus de frais de repas, nous avons fait des économies! L’argent ainsi accumulé a été redistribué à des associations ou fondations locales qui développent une action sociale en faveur des plus démunis et mis en difficulté par la crise sanitaire.

Ta prévision au niveau des effectifs de ton club?

Une diminution.

Interview: Régine Pasche

Club «Quovid vadis»?

En raison de la pandémie et du semiconfinement, la vie des clubs a dû s’adapter à de nouvelles règles. Différentes approches ont été mises en oeuvre par les présidents actuels et leurs comités pour assurer la vie du club. Les présidents de clubs sont en première ligne. Nous en avons contactés quelques-uns dans l’espoir de pouvoir, grâce à leur aide, partager quelques idées intéressantes et quelques pistes. Aujourd’hui, nous sommes tous conscients de l’importance d’avoir un plan B pour nos clubsservice … à tous les niveaux.